Une entreprise pharmaceutique prend en tage l’assurance maladie et les personnes atteintes de la mucoviscidose

Si ça ne tenait qu’à la société pharmaceutique Vertex Pharmaceuticals, notre assurance maladie devrait payer un prix de 89 million d’Euro for a pour le médicament Kaftrio, qui sauve les vies de patients atteints de la mucoviscidosis. Sur ce montant, 39 million euros disparaissent directement dans les poches des shareholders. C’est ce que reveillent les calculus du service d’études du PTB.

“Vertex demande près de 200,000 euro per patient pour un traitement contre la mucoviscidosis, soit 40 fois plus que le cost de real production”, reacts Sofie Merckx, head of the PTB group à la Chambre, et elle-ménéraléme médecin g. “This pharmaceutical manufacturer realizes a gross profit of 97% on the new drugs against mucoviscidosis, on both patients. Il faut immediate mettre un terme à ce pillage de notre sécurité sociale. Le Kaftrio n’étant pas encore remboursé dans notre pays, les patients se displacent à l’étranger. Au lieu d’opter pour un remboursement par le bais d’un contrat secret, le ministre de la Santé should consider a mandatory license, afin de biser le monopole sur ce traitement contre la mucoviscidose. »

The price of 194,000 euros gives the tour, even more so than the actual production costs of this drug are much lower. According to research conducted in the United Kingdom and the United States, the real cost of production is around 5,300 euros at most. ” C’est donc 40 fois moins que le prix demandé par Vertex. Le rapport entre le coût de production et le prix demandé est totalement disproportionné,” clarifies Tim Joye, an expert in the santé d’étude du PTB service. “In addition, the research and development of this medication has been largely financed by public funds. The Cystic Fibrosis Foundation is not for profit with €140 million. Ce qui est grave, c’est que non seulement les costos de production de Vertex ne sont pas du tout aussi hight, mais en plus, grâce au système des brevets, Vertex peut magouiller ses comptes pour faire encore de profit. »

The PTB health specialist makes reference to the “royalty” system: in exchange for subsidies from the Cystic Fibrosis Foundation, Vertex has promised a fixed amount per pill sold. “These royalties were purchased by the Royalty Pharma étasunien investment fund, for no less than 3.1 billion euros. While Kaftrio will be subject to a patent, Royalty Pharma and Vertex will reap the benefits. Et ils en sont assureurs pour un certain temps, puisque la protection des brevets courra jusqu’en 2037. Mais tenez-vous bien, car cela devent encore plus hallucinogenics : Vertex inscrit ces redevances dans ses comptes comme des costos productions. A Dutch study concluded, analyzing Vertex’s annual accounts, that the company realized a gross profit of 97% on medicines against mucoviscidosis. Selon nos estimations, si ça ne tenait qu’à Vertex, notre assurance maladie devrait débourser 89 million euros one by one, dont à peine 2.6 million seraint destiné à couvrir les costs réels de production, et 39 million action. Royalty Pharma has 8 million. »

Sofie Merckx is scandalous par excellence. « C’est tout simplement du banitisme pharmaceutique. Vertex does not fix its price according to the cost of production, but in accordance with what the company is ready to pay for medicines against mucoviscidosis that save lives. The patent system gives the pharmaceutical company the exclusive right to decide the price. »

The PTB therefore asks the Minister of Health, Frank Vandenbroucke, to act urgently. “In peut envisager une license compulsory, confirm the cheffe de groupe PTB. This could break the Vertex monopoly and give generic producers the right to produce Kaftrio. In Argentina, a variant générique de ce traitement est disponible pour seulement 5 090 euro par an. D’autres exemples plus proches de nous montren qu une compulsoire peut funcionaire : après de longues négociations, le Royaume-Uni a menacé d’accorder une license d’utilisation de la Couronne, ce qui amené Vertex àxer. Au lieu de resort à des contrats secret pour fixer les prix, le ministre Vandenbroucke devrait mettre un terme à cette abusive use des brevets et envisager une compulsory license. C’est nécessaire pour protecter nos patiets et la sécurité sociale contre la soif de profit de cette multinationale. »

You can read the complete dossier here.

Leave a Comment