Single variole : la plupart des cases transmitted lors delation sexuelles, selon une étude

The vast majority of recent cases of monkeypox have been transmitted through sexual contact, so the largest study has been carried out until now. Elle montre par ailleurs que l’imense majoritye des personnes touchées sont des hommes gay.

Une étude publiée la semaine dernière dans la revue scientifique New England Journal of Medicine indicates that a sexual contact avait provocé 95% des cases de contaminations de contaminations de variole du singe, sur plus de 520 analysées effected entre fin jun avril, dans différioi.

“Il est important de underreiner que la variole du singe n’est pas une contagion sexuallymente transmissible dans le sens traditionnel du terme ? elle peut s’attraper par n’importe quel physical contact proche” avec une personne infectedée, a toutefois tenu à preciser l’auteur principal de l’étude, John Thornhill. “Mais notre travail suggests que la majoritye de la transmission jusqu’ici est liée à une activité sexuelle”, sans que cela soit la seule cause.

Les lésions cutanées observées, principally anales, sur les genitales ou la buche, potrouint representre les zones d’inoculation, note également l’étude.

Nevertheless, l’analyse du sperm de 32 personnes a montré la presence de l’ADN du virus dans dans 29 cas, mais d’autre études sont requisées pour determiner si la transmission peut effectment avoir lieu par cette voie.

No death, but a more nuanced balance

The work of the scientists also showed that 98% of the cases studied were gay or bisexual men. Their median age was 38 years. Aucun décès n’a été recorded among the cases studied, et la plupart étaiten des cases légers. Malgré tout, 13 % on hospitals. Les raisons principales étaiten la douleur dans la région ano-rectale, ou des skin infections. But no serious complication was observed afterwards.

Il aussi été precisé that 41 % of these men were infected by HIV, the AIDS virus, but the great majority of them were under treatment.

This Monday, l’Inter-LGBT (Interassociative lesbian, gay, bi et trans, qui fédère une sixantaine d’associations) a tenu à pointer “l’action, le manque de preparation et de transparency du gouvernement”. “Cette épidémie touche très majoritairement (plus 9 cases out of 10) des hommes ayant des régléments sexuelles avec des hommes. Pour sures / sures d’entre nous, la nouvelle a fait resurgir le traumatisme des années sida”, she described in a press release.

She notably denounced the “difficultés à prendre rendezvous” pour se faire vacciner et des “livraisons de doses de vaccine insufficiantes”, de même que les lieux d’injection ou les créneauxtolibibles. She also asked for a “prevention accrued, factual and non-judgemental”, recalling “the right to each and every one to live their sexuality fully with the number of partners they want, all while taking the epidemic to its fullest” ».

Des symptoms different qu’en Afrique

Pour en revenir à l’étude, chez 23 personnes presentant un historique clair de leur contagion, la période d’ incubation (avant que de premiers symptoms napparaissent) était d’une semaine, mais pouvait detroisten àuriten , at-elle noted.

Comme cela a prealablement été rapporté, she points out that the symptoms observed differ from those usually found in African countries where the disease is endemic. Notamment le fait que les éruptions cutanées se concentrent sur surees zones. Lesions were observed in 95% of people, including the genito-anal zone in 73% of cases.

The number of lesions varied greatly from one person to another, but it was generally less than 10.

In France, 1,567 cases of single pox have been confirmed, according to the last report of Santé publique France, established on Thursday. Il y en avait 912 the previous week.

Leave a Comment