pour somes anciens malades, la perte de l’odorat ou du goût persists des mois après l’infection

Le British Medical Journal publie jeudi 28 juillet les résultats d’une compilation de 18 études internationales, portant sur 3 700 patients. Les chercheurs have modeled the way patients who have lost smell or taste recover – or not – their sensibilities. Pour 5% d’entre eux, ces deux sens sont perturbés durability.

Deux types de troubles de l’odorat touchent les patients atteints de Covid-19 : la perte d’odorat et la parosmie, c’est-àdire la modification de surees odeurs. According to the study British Medical Journal, a quarter of patients (25%) recovered their taste or smell 30 days after infection. Plus de la moitié a retrouvé des sensations normales au bout de trois mois. Au bout de six mois après l’infection, cette recupération stagne. Deux ans après avoir eu le Covid-19, 5% of patients, ceux de la première wave de l’epidémie, ont une perte d’odorat persistente.

According to Jérôme Lechien, ENT and professor at the University of Mons in Belgium, the follow-up of these patients allowed us to make a discovery about their ability to find the sense of smell. “On a toujours dit que ce qui restait perdu après deux ans ne serait jamais retrouvé”explica-t-il, “mais on commence à le remettre en question car nous avons des contre-exemples.”

“On voit des patients qui ont perdu l’odorat il ya deux ans qui beginnment à le retrouver, maintenant”.

Jérôme Lechien, ORL, Professor at the University of Mons (Belgium)

franceinfo

Autre enseignement : les troubles de l’odorat touchent plus les femmes que les hommes, car les femmes ont “a better inflammatory response”selon le professeur Jérôme Lechien.

At the university of Mons, an experimental treatment was addressed to one hundred patients, based on platelet-rich plasma. smallCome on, professor Jérôme Lechien, ce traitement, injecté sous anesthésie locale dans le nez, a l’air de ‘booster’ la recupération chez 80% des gens.”

Then the generalization of this treatment, c’est la rééducation qui permet de retrouver ses capacities d’odorat et de goût. Or, selon les results de l’étude, les systèmes de santé ne sont pas assez bien préparés. Les patients sont mal pris en charge. Les séances de rééducation et les tests d’odorat, par exemple, ne sont pas remboursés.

“En tant qu’ORL, on est très peu à être formedes specifique sur l’odorat. On se retrouve donc face aux patients avec une mauvaise connaissance scientifique du phenomenon.”

Jérôme Lechien, ORL, Professor at the University of Mons (Belgium)

franceinfo

Tout cela entraîne aussi une lack of patient awareness sur les traitements available pour retrouver l’odorat.

The professor Jérôme Lechien estime qu’il est impossible dere à un patient qu’il ne retrouvera jamais l’odorat. “On n’a pas encore assez de recul pour l’affirmer”assure-t-il.

Leave a Comment