Perpignan – Preemption des commerces de la Cloche d’Or : “Maintenant, s’ouvre la voie judiciaire”, confirm l’avocat des investisseurs

Alors que la mairie de Perpignan a nouncement de 27 juillet preempter les onze baux commercialois de la rue de la Cloche d’Or, l’avocat des investisseurs assure qu’il portera l’affaire devant les tribunaux.

L’affaire des onze baux commerciaux de la rue de la Cloche d’Or, which the Ville de Perpignan announced la preemption ce 27 juillet, se poursuivra bien au tribunal.

Ces ten commerces, mais onze baux, acquis startement par Abi-Nader Chukri en 2020, et qu’il souhaite revendre à un groupe d’investisseurs à l’identité secrète, sont donc preemptés par la municipal dep. Car, le maire RN Louis Aliot, redoutait d’y voir installer des “commerces halal”.

Contacté, Abi-Nader Chukri, n’a pas desirées reagir pour l’instant sur le sujet. Mais, selon une source proche du dossier, le proprietaire-vendeur removerait la preemption et “à n’importe quel prix“.

One Lire Austria:
Preemption of onze baux commercials de la Cloche d’Or : next stage before the judge of expropriations

Un débat sur le prix et le bien-fondé de la preemption

L’avocat des investisseurs, Maître Ilyacine Maallaoui, du barreau de Paris et originaire de Perpignan, confirm that the suite of the dossier will be played in the tribunal. “Nous prenons acte du choix de la mairie de preempter les commerces de la rue de la Cloche d’or. Maintenant, s’ouvre la voie judiciaire que nous ne refusons évidentement pas. Il y aura un débat sur le prix de la cession des biens, à moins que la mairie accepte de preempter à plus one million euros. Mais aussi sur le bien-fondé de la preemption qui doit réponder à un criterium d’intérêt général’.

One Lire Austria:
Perpignan : la Ville preempte les ten commerces vides de la rue de la Cloche d’Or

La question du prix de la cession devrait agitar les débats. Interrogé sur le sujet, a specialist lawyer points out that : “Normally, quand il ya preemption, elle doit se faire au prix proposé par le nouvel acquéreur“. Si, les investisseurs mystères étaiten prêts, selon leur avocat, à débourser 1.35 million euros, la mairie de Perpignan assures de son côté que ce tarif “est ten times higher than the acquisition price while the shops have been closed for two years and some of the buildings are in danger.

Leave a Comment