Mondes nouveaux (2) : la parole aux artistes

Pour interpréter le monde, les artistes disponible d’une grille de lecture bien sécifique : leur singularité. Et c’est tant mieux. Avec cette boussole, ils portent sur la réalité un regard qui tour à tour interroge, surprend, déconcerte ou émerveille. Un regard très précieux, en somme, en ces temps de formatage de la pensée et de locking des représentations.

The projects issued from the dispositif Mondes nouveaux en sont une illustration parfaite. Prenons trois créations prochaniment ou recently dévoilées. They present an atypical cuisine at the Louvre-Lens, mysterious messages at the Château d’Angers, a clothing factory like no other at the Desert de Retz… Jouant du décalage, they show us under one a l’écologie et de la production en series. Back to projects.

Drôle de cuisine au Louvre-Lens

MONDES-NOUVEAUX-ELODIE-SEGUI5.jpg

Vous reprendrrez bien un peu de salade de fleurs? Qui sait, en effet, si ce mets ne sera pas au menu de Botanical cuisine, la performance souteune par Mondes nouveaux que présenteront, les 9 et 10 juillet au Louvre-Lens, Elodie Ségui et sa compagnie “L’Organisation”. ” Privatization du vivant est le fil rouge qui sous-tend mon travail, underlines la metteuse en scène. Ce qui m’interesse, c’est sa signification, aussi bien esthétique que philosophique ». Le spectacle contient ainsi « des principes actifs, celui en particulier de réveiller le désir dormi. The idea is to reactivate vernacular knowledge ».

Botanical cuisine se construit avec les partners. À chaque endroit où le spectacle est diffusion, la compagnie travaille avec un cueilleur d’herbes locales et un cuisinier. ” Nous faisons un menu et réécrivons le spectacle in fonction de ces herbs. Ce dernier n’est jamais le même in function of the season and the locality ». Dans le dispositif scénique, la question du corps est centrale. “ Je voulais que quelque chose advienne dans le corps du publicpursuit Elodie Ségui. Au début du spectacle, nous lavons les mains des gens, nous les touchons, nous les regardons dans les yeux, nous nous présentons. Il ya un endroit d’échange de corps. Ce n’est pas neutre après la période que l’on vient de vivre ».

Une beauté populaire et joyeuse, amoureuse et tendere

Le baptême du feu de la performance a eu lieu au Conservatoire National Botanique de Bailleul : « La compagnie est installede dans le département du Nord, la rencontre avec le Conservatoire National Botanique allait de soi, d’autant que c’est un endroit de conservation de plantes sauvages et de plantes qui évolvent, ce qui la plastic en phase spectacle ».

MONDES-NOUVEAUX-MATTHIEU-SALADIN4.jpg

Plaisir d’être ensemble, plaisir des sens, simplicité… le spectacle est ” comme une fête de campagne “, assures Elodie Ségui. ” Je veux que ces repas reunissent aussi bien des gens férus d’art contemporain qu’une famille du Nord, peu habituée de ces events. Nous travaillons à une beauté populaire et joyeuse, amoureuse et tendre “, ajoute l’artiste, qui revendique haut et fort l’héritage de Jean Vilar, le créateur du festival d’Avignon. Beau program. Rendez-vous est pris au Louvre-Lens les 9 et 10 juillet.

Atelier de création pluridisciplinaire created in 2010 by Elodie Segui, L’Organisation travaille essentiellement dans les milieux scolaires et psychiatriques.

L’oracle du château d’Angers

MONDES-NOUVEAUX-MATTHIEU-SALADIN1.jpg

A mysterious oracle, qui égrène une étrange litanie – “ aujourd’hui est comme hier et pareil à tomorrow “uh” aujourd’hui est mieux qu’hier et mieux que demin » – fait son apparition depuis le 1er juillet sur le rempart est du château d’Angers. Plusieurs apparitions, en vérité, puisque’il y en a quatorze chaque jour d’une durée de trente-trois minutes chacune. Ce n’est evidently pas un hasard. ” Fourteen renvoie au nombre des scènes disparues des tapisseries de l’Apocalypse qui sont conservée dans le château, et thirty-three à la durée de l’audio-guide pour visiter ces tapisseries. These oracles that appear are a little like des révélations des scènes inconnues de l’Apocalypse », precise Matthieu Saladin, l’auteur de l’installation.

Une fable pour expérimenter la qualité de l’air

Il faut ajouter à ces different elements la construction de la litanie selon un model précis qui rend possibles, selon l’artiste, pas moins de ” neuf permutations de la phrase en question ». ” The oracle appears on a structure of LED panels connected to a computer on which the algorithms themselves operate connected to an air quality measurement station not far from the castle of Angers ». Result: « La phrase est déterminé par la qualité de l’air de la veille, du jour, et de sa prediction pour le lendemain ». Tout s’explique !

MONDES-NOUVEAUX-Matthieu Saladin, Oracle (aujourd'hui est-il un autre jour), 2022. Photo Achim Reichert.jpg

Pour le passant, cependant, le mystère reste entier. Rien ne lui permet de relier la sentence entendue (« aujourd’hui est comme hier et pareil à tomorrow », etc.) à son objet, la qualité de l’air, le dispositif étant invisible à ses yeux. Demeure son Expérience, unique, entre mystère, histoire, poésie et… écologie. ” Le projet porte sur la qualité de l’air autant qu’il questionne cette experience Matthieu Saladin comments. L’artiste ne cache pas sa satisfaction d’avoir pu, grâce à Mondes nouveaux, realize un projet dans le place de son choix. “ J’avais suggests different locations, dont le château d’Angers precisely au regard des tapisseries de l’Apocalypse “, assure-t-il, avant de conclure : ” Les projets de Mondes nouveaux font vivre une expérience aux habitants ».

Artist and musician, Matthieu Saladin was born in 1978. He lives and works in Paris.

Le vêtement en majesté au Desert de Retz

MONDES-NOUVEAUX-STEPHANIE-COUDERC2-SC par Emmanuelle Mafille 4.jpg

Mon geste est très particulier, I assure Stéphanie Coudert, à la tête de la maison éponyme. Depuis vingt ans, je travaille sur la conception de vêtements d’un seul bloc, comme si je mettais à plat une bouteille de Klein [surface sans intérieur ni extérieur décrite en 1882 par le mathématicien allemand Félix Klein] et la remontais en volume dans un enroulement infini ». Le projet visual à partir du 9 juillet, entitle Fabriker l’infini, qu’elle a préparé dans le cadre de Mondes nouveaux, consists of a vision du vêtement comme une ré-interrogation du geste industriel de production du vêtement en série. In an exclusive historic setting: the Desert of Retz, situated on the bordure of the forest of Marly, in the Yvelines. ” Je suis tombée amoureuse de ce lieu il ya une dizaine d’années lors sa réouverture, c’était le cadre idéal pour formule une utopia et convoque le merveilleux. I do it by creating clothes that translate my gesture and offer women freedom and the possibility to reveal themselves to themselves ».

Un atelier d’hommes au service du feminin…

The project takes the form of a walk through the factories: ” Dans la Colonne detruite, je présente le travail de la main au service de l’abstrait, à savoir, le patron. La fabrique dite du Temple au Dieu Pan, quant à elle, célèbre le féminin et les matières de la haute couture. The question of geometry, of line research next to the final form, will be omnipresent ».

MONDES-NOUVEAUX-STEPHANIE-COUDERC3-Richard Schroeder photo.jpg

Mon atelier est un atelier d’hommes au service du feminin », affirms Stéphanie Coudert, en declinant leurs nationalités : Iraqis, Kurds, Afghans… Tous seront de l’aventure Mondes nouveaux, ainsi que les apprentis and some artists companions of the path of the longue date de la créatrice. ” Mondes nouveaux sonnait ideally pour moi comme pour beaucoup artistes. Après cette periode difficile [la crise sanitaire]nous sommes tous revenus à l’essentiel de notre geste. « Fabriker l’infini, c’est cette idea de construire un volume ouvert autour du corps, c’est aussi une attempt d’appréhender une mode dans lequel on donne un sens aux things ».

Stéphanie Coudert is a couturier de la coupe en volume qu’elle conçoit comme un langage pour le vêtement.

Leave a Comment